Deux périodes de trop

Article du DNA le 20 octobre 2014

deux-periodes-de-trop

Hugo Velazquez, auteur de trois réalisations.

Le MWP a tenu deux périodes samedi soir avnt d’être débordé par une équipe de Moulins plus expérimentée et rapide en contre-attaque. Porté par sa victoire du samedi d’avant, face à Harnes, le MWP ne s’est pas fait prier lors de cette troisième journée pour filer à l’eau rejoindre Moulins. L’histoire démarre bien : Guiseppi marque en premier, grâce à un bon pressing offensif. Moulins profite des cafouillages à la passe des locaux pour égaliser sur penalty.

Le jeu mulhousien se cherche encore

Nicolas Estèbe touche une première fois le poteau, Velazquez met le 2-1. L’adversaire du soir n’est pas le plus adroit dans ce premier quart temps ! Il prend son temps mais manque souvent de réalisme devant la cage du MWP. Amemoutou plante le 3 -1 pendant que Schmitt se montre solide à son poste. Jusqu’ici tout va bien, reste à tenir trois périodes de plus. La suivante n’est pas la plus chouette côté action. Si Mulhouse tient bon ses deux longueurs d’avance, ses attaques s’avèrent en revanche assez peu concluantes. Son jeu est trop facile à lire, les passes s’enchaînent devant le but auvergnat… Estèbe retrouve le chemin du poteau, le gardien de Moulins 5jonas, un Hongrois) ne laisse rien passer non plus : période vierge avant la mi-temps. Le NCM passe à la vitesse supérieure dès la reprise. 15 secondes suffisent pour prendre de court la défense mulhousienne. Rosta égalise dans la foulée à 3-3, suivi de près par Hyc. Lucas Peter et les siens ne suivent brusquement plus le rythme imposé par les Auvergnats. La panne est générale, à l’avant comme à l’arrière. Chaque occasion de tir se transforme en échec durant cette période. Oudin tente encore, sans succès. Guiseppi libère finalement les siens (4-4) mais Valach remet les pendules à l’heure à sa façon (4-5) avant le dernier quart. Le jeu mulhousien se cherche encore à l’attaque, face à un Jonas intraitable. Cela n’ose plus tirer et quand ça ose, c’est à côté. Moulins a choisi ces dernières minutes pour faire parler toute son expérience et déborde des Mulhousiens à bout de souffle. A 4-6, le MWP n’a plus du tout la maitrise de son match. Schmitt sauve une balle, mais Rostas insiste (4-7). Lucas Peter tire à côté. Velazquez et Estèbe sont plus vernis (5-7 puis 6-7). A trois minutes du terme, tous les espoirs sont permis. Des espoirs anéantis par Morat (6-8) lors d’une contre-attaque fatale. Passé 6-9, ces dernières minutes ressemblent à un calvaire pour les Mulhousiens. Seul Velazquez réduit encore l’écart (7-9) mais rien n’y fait plus : le MWP demeure deux longueurs derrière.

P.GZ